huiles essentielles

huiles essentielles

huiles essentielles herbalya tunisie
huiles essentielles herbalya tunisie

aromatherapie tunisie, huiles essentielle, huiles essentielles tunisie, huiles essentielles à bas prix, herbalya

aromatherapie tunisie, huiles essentielle, huiles essentielles tunisie, huiles essentielles à bas prix, herbalya

Que sont les huiles essentielles ?

Connues des civilisations anciennes et aujourd’hui scientifiquement reconnues, les huiles essentielles sont des extraits naturels de plantes puissants et d’une extraordinaire efficacité, tant sur le plan de la santé que de la beauté et du bien-être. En les combinant, il est possible de mettre au point des synergies aromatiques inédites dont les vertus et propriétés répondent à des besoins ciblés comme, par exemple, le renforcement des défenses immunitaires, la relaxation, la stimulation, le soulagement de douleurs articulaires et musculaires, l’atténuation de l’effet « peau d’orange », …

On peut profiter des bienfaits des huiles essentielles sous réserve de strictement respecter les précautions d’usage. Pour profiter pleinement de leur vertus il est recommandé d’utiliser exclusivement des huiles essentielles chémotypées (CT), 100% pures et naturelles, botaniquement et biochimiquement définies (H.E.B.B.D.). Préférez des huiles essentielles issues de l’Agriculture Biologique, de culture sauvage de régions éloignées des zones polluées ou issues de cultures traditionnelles contrôlées dans des zones rurales non polluées. Les huiles essentielles s’utilisent dans des compositions à diffuser dans l’atmosphère (voir la diffusion d’HEs), dans les produits de beauté (mélangées à des huiles végétales vierges, des beurres végétaux, crèmes neutres), dans les huiles de massage (voir à massages aux huiles essentielles), dans le bain (voir à huiles essentielles pour le bain) ou même en cuisine (les HEs en cuisine). Les enfants peuvent bénéficier des huiles essentielles à condition de respecter des règles strictes quant aux dosages et sous suivi médical (voir la page les huiles essentielles pour les enfants pour en savoir plus).

Une définition… Et une réglementation

L’AFNOR  (Association Française de Normalisation) a donné une définition précise et officielle de l’huile essentielle, qui doit être « obtenue à partir d’une matière première d’origine végétale, après séparation de la phase aqueuse par des procédés physiques : soit par entraînement à la vapeur d’eau, soit par des procédés mécaniques à partir de l’épicarpe des Citrus, soit par distillation sèche ».

Comment extrait-on les actifs ?

Les deux méthodes traditionnelles d’obtention d’une huile essentielle sont l’expression à froid (pour les zestes d’agrumes) et la distillation par vapeur d’eau, qui convient à la plupart des plantes et consiste à faire circuler de la vapeur d’eau à travers la masse végétale pour en libérer les essences contenues dans les petites poches glandulaires et les recueillir, après condensation, sous forme d’huile essentielle. Rien que du naturel, ce qui permet d’obtenir un produit parfaitement pur.

Choses que ne saviez peut-être pas !

✓ On parle d’huile essentielle et pourtant… elle ne contient absolument aucun acide gras !

✓ Les zestes d’agrumes (orange douce, citron, mandarine, pamplemousse…) produisent des « huiles essentielles » souvent appelées « essences », obtenues par râpage à froid des poches d’essence parsemant les zestes frais. On peut toutefois distiller les zestes d’agrumes, ce qui permet d’obtenir des huiles essentielles quasi exemptes de molécules phototoxiques.

✓ Le rendement d’une plante aromatique en huile essentielle est souvent très faible, ce qui explique son prix, fonction de celui-là. Trop bon marché, d’origine inconnue, l’huile est souvent « coupée »…

Quelles sont les propriétés ?

ils aident à traiter les petites indispositions de la vie de tous les jours. Outre leur action curative, elles opèrent de manière préventive en stimulant le système immunitaire afin que votre organisme lutte plus efficacement contre les infections bactériennes et virales.

Parmi les propriétés les plus connues, on citera la propriété antiseptique. A l’heure où les germes microbiens deviennent de plus en plus résistants, ce qui implique pour l’industrie pharmaceutique de trouver des antibiotiques de plus en plus puissants (mais aussi de plus en plus destructeurs de la flore saprophyte responsable de notre immunité), les huiles essentielles offrent une véritable alternative.

Leur efficacité se révèle en effet stable dans le temps et la preuve est faite tous les jours de leur grande efficacité, là où certains antibiotiques échouent désormais.

En fait, les vertus antiseptiques des plantes sont connues depuis des milliers d’années. Les hommes se sont ainsi aperçus, par exemple, que certaines aromates, comme le thym, la sarriette ou la cannelle freinaient la fermentation des aliments.

Aujourd’hui, les pouvoirs antiseptiques des huiles essentielles sont scientifiquement prouvés : ainsi, l’huile essentielle de thym en solution aqueuse à 5% détruit le streptocoque en 4 minutes, le staphylocoque en 4 à 8 minutes et le bacille de la tuberculose en 30 à 60 minutes.

Selon le type d’huile essentielle, les propriétés peuvent être (non exhaustif) :

  • Analgésique (soulage la douleur par une action sédative sur les nerfs),
  • Antibiotique (lutte contre les infection internes),
  • Antidépresseur (lutte contre les états dépressifs,
  • Antiémétique (soulage les états nauséeux et élimine l’envie de vomir),
  • Anti-inflammatoire (réduit les inflammations),
  • Antispasmodique (prévient et soigne les douleurs spasmodiques de l’intestin et de l’utérus),
  • Antisudoral (réduit la transpiration),
  • Antitoxique (agit comme un anti-poison),
  • Antiviral (inhibe ou élimine les virus),
  • Aphrodisiaque (augmente la libido),
  • Astringent (tonifie les tissus),
  • Carminatif (expulse les gaz intestinaux),
  • Cholagogue (stimule la sécrétion biliaire),
  • Cicatrisant (accélère et améliore la cicatrisation),
  • Déodorant (réduit les odeurs),
  • Dépuratif (purifie le sang),
  • Digestif (stimule et facilite la digestion. Soulage l’indigestion),
  • Diurétique (augmente la quantité d’urine),
  • Emménagogue (stimule et régule les règles),
  • Expectorant (élimine les excès de mucus présent dans les bronches),
  • Fébrifuge (réduit la fièvre),
  • Fongicide (prévient et détruit les infections fongiques),
  • Galactalogue (stimule la sécrétion lactée),
  • Hépatique (stimule et tonifie le foie),
  • Hypertenseur (augmente la pression sanguine),
  • Hypotenseur (abaisse la pression sanguine),
  • Immunostimulant (renforce les défenses de l’organisme contre les infections),
  • Nervin (tonifie le système nerveux),
  • Sédatif (réduit le stress et calme le système nerveux),
  • Stimulant (augmente l’énergie et accélère les sécrétions glandulaires -libération d’adrénaline-),
  • Stomachique (stimule la digestion gastrique),
  • Styptique (interrompt ou réduit une hémorragie externe),
  • Sudorifique (augmente la transpiration),
  • Tonique (tonifie le corps ou un organe spécifique),
  • Utérin (tonifie l’utérus),
  • Vasoconstricteur (contracte les petits vaisseaux sanguins),
  • Vasodilatateur (dilate les petits vaisseaux sanguins),
  • Vulnéraire (accélère la cicatrisation).

Quelles sont les différentes utilisation ?

La diffusion : Grâce à un diffuseur électrique, l’huile essentielle libère dans l’air ambiant des microparticules d’huile essentielle. Outre leurs actions thérapeutiques, les huiles essentielles diffusées dans l’atmosphère éliminent les odeurs désagréables (tabac, cuisine…), revitalisent l’air ambiant et apportent des ions négatifs. Les brule-parfums peuvent aussi être utilisés mais, en chauffant les huiles essentielles, ils diminuent fortement leurs principes actifs.

L’ingestion : L’ingestion des huiles essentielles est à réserver aux personnes qui connaissent bien les huiles essentielles. Il faut toujours fortement les diluer avant de les ajouter comme arôme à un plat ou pouvoir les ingérer en tant que complément.
Aussi il est impératif de respecter la prescription qui vous a été faite par votre médecin ou thérapeute si l’ingestion devait se faire pour un usage thérapeutique. Seulement les huiles  de qualité « alimentaire » peuvent s’ingérer. Souvent vous pourrez parfaitement remplacer l’ingestion des huiles essentielles par une application cutanée. Informez vous et assurez vous que votre prescripteur est bien qualifié avant d’ingérer les huiles essentielles inutilement! Les cas ou l’ingestion des huiles essentielles est requise sont rares.

Certaines personnes les utilisent  pour aromatiser leur plats. Mais comme elles sont très concentrées il faut bien savoir les choisir et respecter leur taux de dilution qui doit être important en fonction des huiles. De manière générale il ne faut jamais dépasser les 3 gouttes d’huiles essentielles pour un adulte par prise et limiter ses prises à 3 fois par jour. Il ne faut jamais les absorber  directement. Il faut toujours les diluer avant :
– une goutte sur une cuillerée de miel, bien mélangé (!) pour laisser fondre le tout dans la bouche, sur une pastille neutre Arom’Pastille quand l’huile essentielle le permet. Pour les intégrer dans un plat on peut les diluer dans un corps gras (crème, huile) avant de les intégrer en fin de préparation. Il ne faut jamais chauffer les huiles essentielles.

– On peut également rajouter le miel avec l’huile essentielle ou la solution réalisée avec le Solub-HE dans une tisane ou de l’eau chaude mais pas bouillante.
>>> Voir aussi plus bas sous « ingestion des huiles essentielles – précautions ». <<<

L’inhalation humide : Elle consiste à respirer de la vapeur d’eau chargée de quelques gouttes d’huile essentielle (pas plus de 10 gouttes). A défaut d’inhalateur (que vous pouvez acheter en pharmacie), vous pouvez tout simplement vous pencher au-dessus d’un bol d’eau chaude avec une serviette de bain sur la tête pour respirer le plus possible de vapeur. Ne pas dépasser plus de 15 minutes par inhalation.

Le bain : Les huiles essentielles n’étant pas solubles dans l’eau, il faut les mélanger à un émulsifiant avant de les verser dans le bain. On peut ainsi, en fonction de l’huile essentielle, utiliser de la poudre de lait (2 à 3 cuillères à soupe), de la poudre d’algue (1 à 2 cuillère à soupe), un savon liquide ou un shampoing neutre Base Neutre (1 cuillère à soupe), du Solub-HE ou de l’huile végétale (1 à 2 cuillères à soupe) ou réaliser des sels de bain avec le sel d’Epsom ou sel de la mer morte. Attention : pour rajouter les huiles essentielles à des sels de bain, il faut également les diluer au préalable dans de l’huile végétale. Il faut être particulièrement prudent avec les huiles essentielles irritantes.
Ne pas dépasser la dose de 10 gouttes par bain et ne pas rester plus de 20 minutes. Ajouter votre préparation aromatique juste avant de vous glisser dans l’eau.

Friction/massage : Appliquées sur la peau, les huiles essentielles pénètrent les tissus et irriguent le corps par le sang. On peut ainsi privilégier les passages veineux comme le poignet ou le pli du coude. De manière générale, il faut toujours diluer les huiles essentielles avant de les appliquer sur la peau. Des exceptions existent pour l’huile essentielle de lavande ou l’arbre à thé. Il est conseillé de les mélanger au préalable avec une huile végétale (jojoba, macadamia, rose musquée, argan, noix de coco, germes de blé, amande douce, olive, noyau d’abricot…).

  • Masque cheveux gras Vue rapide
  • Solution antistress, Réconfort & Examens Vue rapide